Récupération de données RAID 0

Le RAID de niveau 0, appelé aussi « striping », requiert un minimum de 2 disques.
Il consiste à décomposer les données en petits blocs et à les disperser linéairement sur des disques indépendants.

Il apporte de meilleures performances en lecture/écriture car la charge de travail est répartie entre les différents disques qui le composent. En contrepartie le RAID 0 n’offre aucune tolérance aux pannes car il n’y a pas de redondance des données (la perte d’un disque entraîne la perte du RAID et donc de toutes les données).

C’est pourquoi il est fortement conseillé de réaliser régulièrement des sauvegardes. 

Les avantages du RAID 0

  • 100% de l’espace disque est disponible.
  • Amélioration des performances en lecture et écriture.

Les inconvénients du RAID 0

  • Pas de tolérance aux pannes : la perte d’un disque entraîne la perte des données.
  • Ne doit jamais être utilisé en environnement critique.


NOS DERNIERS ARTICLES

perte-donnees-realite-entreprises

La perte de données : une réalité pour toutes les entreprises

La perte de données représente un risque majeur pour les entreprises. Leur fréquence, la diversité des données susceptibles d’être touchées et la variété des scénarios possibles restent pourtant sous-estimés. Le Clusif (Club de la [...]
rapid-ransomware-recuperation-donnees

Ransomware RAPID, une nouvelle récupération de données par Databack

  Ce mois-ci, DATABACK a réussi une récupération de données sur le Ransomware nommé Rapid. Celui-ci avait chiffré toutes les données du serveur d’un EPHAD. Notre client nous a confié un serveur NEC composé de 4 disques durs de 300 [...]

Grandes entreprises et pertes de données

Grandes entreprises et PME sont confrontées à des problématiques différentes en matière de pertes de données. Soumises aux mêmes obligations légales du RGPD, les grandes entreprises doivent faire face à des risques accrus et engagent [...]

Récupération sur un volume BTRFS de 144 To

Ce mois-ci, notre laboratoire a réussi une récupération de données sur un cas complexe cumulant un système de fichier BTRFS ainsi qu’un imposant volume de 144 To à traiter.