Récupération de données disque SSD

Le monde du stockage est dans une nouvelle phase d’évolution. Alors qu’il y a quelques années, les disques durs classiques étaient le seul dispositif de stockage viable, on voit apparaître une alternative : les disques SSD (Solid State Drive) basés sur l’utilisation de mémoire Flash NAND (technologie utilisée pour les clés USB et cartes d’appareils photo).

La mémoire Flash est devenue une technologie inévitable dans de nombreux produits, cependant les divers développements et améliorations apportés à cette technologie n’immunisent pas les disques SSD contre d’éventuelles pertes de données.

La mémoire Flash NAND a une durée de vie limitée. Suivant le type de mémoire SLC (Single Level Cell) ou MLC (Multi Level Cell), on considère généralement qu’elle peut subir entre 10 000 et 100 000 cycles d’écriture.

Afin de contourner ce défaut, les disques SSD disposent d’un contrôleur interne, qui va gérer les accès à la mémoire. Il est utilisé pour les transferts de données (écriture, lecture, effacement), mais aussi pour vérifier que le dispositif fonctionne bien.

Ce contrôleur utilise plusieurs techniques pour limiter l’usure de la mémoire Flash NAND, telle que le Wear Levelling (gestion de l’usure). Cette technique consiste à distribuer aléatoirement la donnée sur des blocs libres, ainsi que d’enregistrer la fréquence d’utilisation de chaque bloc et son usure. Ainsi lorsqu’il écrit des données, il cherche les blocs libres ayant subi le moins de cycles.

La durée de vie d’un disque SSD augmente avec la capacité, étant donné qu’on dispose de plus de blocs pour distribuer les écritures.

Les causes de pannes sur les disques SSD

L’atout incontournable d’un disque SSD est sa résistance aux chocs grâce à l’utilisation des composants électroniques dont il est constitué, par opposition aux disques durs classiques disposant de parties mécaniques mobiles et fragiles.

Son second atout est de se débarrasser de l’un des plus gros défauts des disques durs classiques : les latences importantes d’accès aux données induites par le déplacement des têtes de lecture et la rotation du disque.

Présentés comme plus rapides et moins gourmands que les disques durs traditionnels, ils ne sont toutefois pas à l’abri d’une défaillance matérielle ou d’une erreur humaine pouvant compromettre les données telles que :

  • Dommages électriques
  • Corruption du firmware
  • Panne du contrôleur
  • Usure des puces mémoire NAND
  • Effacement de l’utilisateur
  • Inondation, incendie

Lorsque votre disque SSD n’est plus reconnu par votre système, cela ne signifie pas que vos données sont perdues, elles sont toujours présentes dans les puces mémoire NAND. Dans le cas d’effacement, il peut arriver que les données ne soient pas récupérables si la fonction TRIM du SSD est activée. Cette fonction optimise l’allocation des blocs disponibles sur le SSD en supprimant ceux qui ne servent pas. Il est cependant possible de désactiver cette fonction au niveau du système d’exploitation (Windows, Mac). Cela réduit les performances du SSD dans le temps mais permet de récupérer les données en cas d’effacement.


NOS DERNIERS ARTICLES

perte-donnees-realite-entreprises

La perte de données : une réalité pour toutes les entreprises

La perte de données représente un risque majeur pour les entreprises. Leur fréquence, la diversité des données susceptibles d’être touchées et la variété des scénarios possibles restent pourtant sous-estimés. Le Clusif (Club de la [...]
rapid-ransomware-recuperation-donnees

Ransomware RAPID, une nouvelle récupération de données par Databack

  Ce mois-ci, DATABACK a réussi une récupération de données sur le Ransomware nommé Rapid. Celui-ci avait chiffré toutes les données du serveur d’un EPHAD. Notre client nous a confié un serveur NEC composé de 4 disques durs de 300 [...]

Grandes entreprises et pertes de données

Grandes entreprises et PME sont confrontées à des problématiques différentes en matière de pertes de données. Soumises aux mêmes obligations légales du RGPD, les grandes entreprises doivent faire face à des risques accrus et engagent [...]

Récupération sur un volume BTRFS de 144 To

Ce mois-ci, notre laboratoire a réussi une récupération de données sur un cas complexe cumulant un système de fichier BTRFS ainsi qu’un imposant volume de 144 To à traiter.